Les Pyramides, Portes des Etoiles

 

Pyramide 1

 Les pyramides, bases d'embarquement multidimensionnel à destination d'Orion

L'archéologue égyptien Selim Hassan, a rompu  le carcan darwiniste dont  l’égyptologie était depuis Champollion et émit l’hypothèse selon laquelle, il existerait un lien entre certaines étoiles et les pyramides.

Samuel B. Mercer, Virgina Trimble, Alexander Badawy et plusieurs autres archéologues se sont s’engouffrés dans cette brèche au cours des décennies qui suivirent. Alexander Badawy affirmait notamment que les soi-disant conduits d’aération de la chambre du Roi dans la pyramide de Kheops avaient en réalité été construits de façon à être orientés vers les étoiles circumpolaires pour le conduit nord, et vers les étoiles du Baudrier d’Orion lors de son passage au méridien pour le conduit sud. Selon lui, le passage nord était destiné à favoriser la transmigration de l’âme des pharaons vers les immuables étoiles circumpolaires, et le passage sud était destiné à rejoindre Orion. 

Orion pyramide

 

Alexander Badawy effectua en 1964, les premiers calculs de précession des équinoxes pour savoir quelles étoiles exactement visaient les prétendus conduits d’aération à l’époque des pyramides.

Mais tous les adeptes de l’archéologie « stellaire » se sont vus comme à l'habitude, ridiculisés et cloués au pilori par les tenants de l’archéologie traditionnelle. Le lien des Égyptiens avec les étoiles peut pourtant difficilement être plus explicite que sur cette paroi de la chapelle renfermant la momie de Toutankhamon

 

En 1994 parut à Londres - The Orion Mystery – Unlocking the Secrets of the Pyramids », en français : « Le Mystère d’Orion – Dévoiler les Secrets des Pyramides. » Ce livre est l’œuvre de Robert Bauval, ingénieur en travaux publics d’origine belge mais, né à Alexandrie et passionné à la fois d’égyptologie et d’astronomie.

Dans cet ouvrage, Bauval établit scientifiquement le lien entre les trois plus grandes pyramides de Gizeh : Kheops, Khephren et Mykerinos, et les trois étoiles du Baudrier d’Orion : Mintaka (Delta d’Orion), Al Nilam ((Epsilon d’Orion) et Al Nitak (Zéta d’Orion). 

Selon Robert Bauval et Graham Hancock, coauteur de son ouvrage, la véritable justification de la grande pyramide se trouve dans les étoiles.

En examinant de près la constellation d'Orion, il constata que les trois étoiles affichaient le même décalage entre elles. Les trois pyramides de Gizeh pouvaient donc constituer une représentation symbolique de ces étoiles.

Toutefois, l'angle du baudrier d'Orion ne correspondait pas exactement à la disposition des pyramides de Gyzeh. Retournant à leur ordinateur, Bauval et Hancock s'aperçurent que le seul moment où les étoiles du Baudrier d'Orion coïncidaient parfaitement avec la position des pyramides se situait en 10 500 av. J.C.. Ils en déduisirent que les plans du site de Gizeh remontent à plus de dix mille années avant J.C ! La seule explication, c'est qu'il y a tromperie depuis 5 siècles et les anciennes civilisations savaient que c'est la vôute céleste tourne et non pas la terre !

Par ailleurs, Bauval et Hancok ont établi une série de liens troublants :

PYRAMIDES DE GIZEH 
1. Elles sont orientées le long d’un méridien et alignées en diagonale vers le sud-ouest 
2. La pyramide de Mykerinos est légèrement décalée vers l’est par rapport à la diagonale des deux autres. 
3. La pyramide de Mykerinos est plus petite que les deux autres. 
4. La pyramide de Khephren est équidistante des deux autres. 
5. Les trois pyramides sont situés sur la rive ouest du Nil.

BAUDRIER D’ORION 
1. Lors de leur passage au méridien, les trois étoiles sont orientées vers le sud-ouest. 
2. Delta d’Orion (Mintaka) est légèrement décalée vers l’est par rapport aux deux autres. 
3. Mintaka est moins brillante que les deux autres étoiles. 
4. Epsilon d’Orion (Al Nilam) est équidistante des deux autres. 
5. Le Baudrier d’Orion est directement à l’ouest de la Voie Lactée, à distance proportionnellement équivalente à celle Gizeh par rapport au Nil.

Cet ensemble d’étranges correspondances donnera naissance à la théorie de Bauval connue sous le nom de « Corrélation d’Orion. »

 

La plus proche des trois étoiles du Baudrier d'Orion. Selon l’ancienne religion solaire de la vallée du Nil, cette constellation était censée abriter le dieu Osiris, en une époque lointaine nommée Zep Tepi, ce qui signifie "Au Commencement".

Pour Bauval et Hancock, ces orientations ne sont pas fortuites. Selon eux, les bâtisseurs ont délibérément édifié la Grande Pyramide de telle manière que les galeries internes soient alignées sur ces étoiles. La thèse sur la relation entre les pyramides et le Baudrier d'Orion fut renforcée lorsque Bauval qui remarqua que la troisième pyramide, la plus petite, n'était pas parfaitement alignée sur les deux autres.

Selon différents médiums capables de lire dans les Archives Akhashiques (Edgar Cayce, Franz Bardon et Barbara Marciniak notamment), les trois pyramides de Gizeh auraient en effet été conçues pour permettre le voyage interdimensionnel à destination d’Orion. Cons-truites après l’engloutissement de l’Atlantide (il y a plus de 10000 ans, soit plus du double de l’âge que leur concèdent habituellement les scientifiques), elles auraient également servi de relais aux signaux émis sur les hyperfréquences par les habitants d’Orion.

Le fait que l’on retrouve ces analogies entre les trois pyramides de Gizeh et les trois étoiles du Baudrier d’Orion, semble démontrer la maîtrise d’une technologie fondée sur l’effet de résonance ; elle s’apparenterait à bien des égards à la méthode connue et pratiquée depuis la nuit des temps par certains sorciers et chamans, qui consiste à agir sur un individu à travers une statuette ou une figurine sensée le représenter en réduction et grâce à laquelle ils réussissent à agir sur ses corps subtils.

 

Orion vu de la terre

 

Cette très belle illustration tirée du livre :"Le langage Secret des Étoiles et des Planètes" de Geoffroy Cornelius et Paul Devereux, (Éditions Solar), montre la projection parfaite des étoiles d’Orion et des Hyades sur les pyramides du site de Gizeh. Dans 6 cas sur 7, la dimension des pyramides est en relation directe avec la magnitude des étoiles. En outre, la Voie Lactée se projette également sur le Nil de manière remarquable.

 

Les bâtisseurs des pyramides furent vraisemblablement, comme les Agarthiens, les descendants d’un groupe d’habitants de l’Atlantide qui s’étaient opposés aux pratiques de magie noire des derniers chefs atlantes et étaient restés fidèles aux recommandations des Frères d’Orion avec lesquels ils furent en contact jusqu’à son engloutissement.

Orion pyramides

 

Avertis par eux de l’imminence du cataclysme, ils semble qu’ils se soient alors séparés en quatre groupes. Le premier aurait ainsi réussi à se réfugier dans la Terre Creuse à travers un corridor secret. Ses membres auraient formé par la suite une collectivité de plusieurs dizaines de millions d'âmes et fondé le Royaume d’Agartha.

Le second groupe de rescapés aurait été guidé vers ce qui allait devenir l’Inde, le troisième vers la future Amérique du Sud, et le quatrième vers le nord-est de la future Afrique. Sous la conduite de Thot, les membres de ce quatrième groupe auraient alors établi les bases de l’ancienne civilisation égyptienne et instauré une religion solaire inspirée par les Envoyés d’Orion. C’est la raison pour laquelle les trois grandes pyramides de Gizeh, construites selon leurs directives, furent durant des milliers d’années un puissant talisman qui éloigna de l’Égypte bien des cataclysmes, car le dispositif reliant les pyramides au Baudrier d’Orion était sans doute conçu comme une sorte de bouclier électromagnétique capable de protéger toute la plaine du Nil des influences les plus négatives.

Orion, dans sa configuration avec Sirius et Aldebaran, représente la première lettre de l’alphabet hiératique égyptien. Cet ensemble stellaire correspond à l’Aleph des Hébreux, l’Alpha des Grecs. Selon Hermès Trismégiste, « Orion préside au Conseil des Constellations. À sa gauche, sous ses pieds, brille Sirius, Phare de notre ciel. À droite, au-dessus de sa main gauche, scintille "l'Œil de Dieu": Aldebaran, réglant le ballet des étoiles au rythme de la musique des sphères... » 

 

 

 

La pyramide serait un centre de téléportation interdimensionnelle et une chambre de résonance harmonique

Il est dit dans Les Enseignements de la Liberté (OCEM) que la pyramide de Gizeh serait :

- premièrement, une Porte Interdimentionnelle Terrestre donnant accés à la 2° Densité = 4D,5D,6D (et nécessitant donc au moins 4/5/6 brins d’ADN* activés pour y accéder – la 2° Densité est l’espace oú sont entreposées les Annales Akashiques** -) au même titre qu’une Porte Galactique et une Porte Universelle. 

 

 

Les Vortex principaux sur Terre : 

Le 1° est situé à Sedona, en, Arizona ; le 2° à Jésuralem, en Israël ; le 3° dans l'Himalaya ; le 4° à Gizeh, la Grande pyramide, le chakra du coeur ; le 5° à Machu Picchu au Pérou ; le 6° dans le Caucase, en Russie et le 7° dans les Andes. 

- troisièmement, les plus importantes constructions réalisées en Egypte donneraient un accès direct à l'Arc d'Alliance = « Arc électrique » ou « Zone Arc » (à ne pas confondre avec les deux objets – la tige et le bâton – de la boite en or appelée Arche d’Alliance). Il s'agit ici d'un « pont », un « trou de ver* » entre la Terre (3D) et la galaxie d'Andromède (9D). 

La deuxième construction majeure (la première est le Sphinx - qui protégeait l'accès principal à la Terre Intérieure était relié directement au passage conduisant à l'Arc.- ) fut donc une Pyramide massive directement construite en même temps que le Sphinx. Il s'agit de la Pyramide de Gizeh. 

Le rôle principal de la Pyramide était donc de protéger cet accès vers la Zone Arc mais aussi, de servir de centre de téléportation interdimensionnelle (chambre de résonance harmonique).


 

Error params

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 28/10/2017